Accueil > Focus News - Sectoriel  >  Bien présenter son bilan à son banquier pour mieux négocier

Focus News

22 mars 2019
SECTORIEL

Bien présenter son bilan à son banquier pour mieux négocier

Le fait de bien présenter son bilan à son banquier est une réelle occasion d’instaurer un climat de confiance. Conseils


Pour entretenir une relation saine et apaisée avec son banquier, il est fondamental que le chef d’entreprise communique et soit transparent avec lui. A la fin de chaque exercice, il est recommandé de présenter son bilan à son conseiller bancaire en adoptant cet état d’esprit. Si la présentation du bilan n’est pas obligatoire, la plupart du temps les banquiers le réclament et il est judicieux d’anticiper cette demande.

 

Prendre les devants, envoyer son bilan à son banquier et en profiter pour solliciter un rendez-vous avec lui paraît être la solution idéale. De plus, il peut être intéressant de lui proposer d’effectuer ce rendez-vous au sein de son entreprise afin qu’il la connaisse et la cerne mieux.

 

Préparer ses arguments


Lorsque le rendez-vous est pris, il faut le préparer :

  • Sélectionner les informations que l’on souhaite mettre en avant ;
  • Anticiper les points susceptibles d’être soulevés par le banquier ;
  • La façon dont vous allez les expliquer.

Le chef d’entreprise ne doit pas hésiter à solliciter son Expert-Comptable afin de l’aider à se préparer au mieux pour le rendez-vous.

 

Les chiffres scrutés en priorité par le conseiller bancaire de l’entreprise seront : l’évolution du chiffre d’affaires, l’évolution des dépenses, le niveau de la trésorerie, le niveau des capitaux propres, les indicateurs d’endettement. Le poids de la dette fournisseurs est aussi un élément important.

 

Présenter son bilan à son banquier en se projetant vers l’avenir


Afin de montrer qu’on se projette aussi vers l’avenir, il peut être intéressant de fournir à son banquier un prévisionnel en plus de son bilan. Le rendez-vous peut avoir un but purement informatif comme être une occasion de négocier certaines conditions avec son banquier. En effet, si l’entreprise, à l’instant T, n’a pas besoin d’obtenir un prêt ni des financements, que les autorisations de découverts et les frais bancaires sont satisfaisant, elle n’a pas forcément besoin de négocier. Mais il faut garder en tête que cela sera peut-être le cas un jour.

 

Dans ce cas, la présentation des comptes pourra appuyer le fait que l’entreprise à les reins assez solides pour rembourser un prêt ou couvrir un découvert. 



Suivez-nous
Appelez-nous
03 81 607 607
Newsletter Contactez-nous
© 2015-2021 La Comptabilité • Tous droits réservés
Plan du siteMentions légales

Conception graphique : Staccato
Développement : Jordel Médias